Cuisiner son quartier, et découvrir ses voisins

Cuisiner son quartier, et découvrir ses voisins

Depuis le 6 novembre, le balado Cuisine ton quartier compte de nouveaux épisodes. Se concentrant à l’origine sur les parcours d’immigrants de Montréal, le balado comprend désormais le témoignage d’immigrants et d’artistes francophones de l’Ouest canadien.  

En 1997, Quand l’Art passe à l’Action (ATSA), un organisme à but non lucratif québécois, est fondé par les artistes Pierre Allard et Annie Roy. Sa mission : proposer des événements et œuvres d’art dans les espaces publics, gratuits et accessibles à tous.

« Les sujets sont toujours engageants et sont souvent des enjeux de société, que ce soit l’environnement, la pauvreté, la conservation du patrimoine, la paix dans le monde, l’immigration, ou la diversité culturelle », précise Annie Roy, cofondatrice et directrice générale et artistique d’ATSA.

Le balado Cuisine ton quartier s’inspire du projet Cuisine ta ville qui vise depuis 2017 à mieux connaître les nouveaux arrivants de Montréal.

« Cuisine ta ville est un projet de tournée dans les quartiers de Montréal, indique Annie Roy. L’événement se déroule dans un parc où les participants cuisinent un plat et parlent de leur parcours immigratoire. »

Mais avec la pandémie, l’organisme a dû adapter son approche en créant le balado. Et désormais, son sujet s’étend au-delà des frontières du Québec avec des témoignages de nouveaux arrivants de partout au Canada.

Paroles de francophones

Ainsi, le 6 novembre, une nouvelle série d’épisodes enregistrés dans l’Ouest canadien a été mise en ligne. Les émissions incluent des participants de quatre villes : Regina, Edmonton, Calgary et Vancouver.

« On trouve les personnes grâce à nos partenaires, confie la directrice d’ATSA. On a des partenaires régionaux, comme l’Association communautaire fransaskoise à Regina, la Cité francophone à Edmonton, la Cité des Rocheuses à Calgary et le Conseil culturel et artistique francophone de la Colombie-Britannique. »

Image
Logo du balado Cuisine ton quartier Crédit : Courtoisie d’ATSA

Les critères de sélection sont les suivants : « On veut des artistes, des immigrants et des intervenants communautaires qui accueillent des immigrants. »

Au total, cinq épisodes ont été enregistrés à Regina, dont le premier avec l’homme de théâtre Art Babayants, l’un des moments préférés d’Annie Roy.

« Art est un auteur et metteur en scène qui a beaucoup à dire sur la communauté gaie, rapporte-t-elle, notamment que c’était difficile pour lui de vivre en Saskatchewan. Il a commencé à écrire en anglais, mais finalement il a réussi à produire du théâtre en français, parce qu’en français il a trouvé une communauté qui le comprenait mieux et qui l’a davantage soutenu. »

Le dernier épisode réginois s’est déroulé avec le président de l’Association communautaire fransaskoise, Denis Simard, lequel « a mis beaucoup en avant l’intersectionnalité ».

« Les communautés fransaskoise et LGBTQ+ peuvent mettre leurs efforts ensemble en tant que deux communautés minoritaires », a-t-il entre autres déclaré dans la conversation.

La cofondatrice d’ATSA croit fort en son projet Cuisine ton quartier : « On est tous dans la même soupe, il faut bien s’entendre. Ça goûte bon pour vivre ensemble », ponctue-t-elle.

Cinq épisodes du balado Cuisine ton quartier ont été enregistrés à Regina
  1. L’ouverture, c’est aussi l’amour de sonorités diverses avec Art Babayants
  2. Du Burundi à Regina : trois chemins différents avec Vénérand Harimenshi, Jean de Dieu Ndayahundwa et Napoléon Hatungimana
  3. La réussite scolaire est une responsabilité partagée avec Bassant Elayek
  4. Un panel de trois femmes fortes et formidables avec Marie-Lou Bernatchez, Fatuma Tshiswaka et Esperanza Sanchez Espitia
  5. Les nouvelles batailles de la communauté fransaskoise avec Denis Simard

 

Imprimer
1636 Noter cet article:
Pas de note

Actualité juridique (L'Eau vive)

Deux ans pour appliquer la Loi sur les langues officielles Deux ans pour appliquer la Loi sur les langues officielles

Deux ans pour appliquer la Loi sur les langues officielles

Après l’adoption de la Loi sur les langues officielles modernisée, la ministre Ginette Petitpas Taylor n’a pas encore identifié de priorités ni d’échéance dans l’application de sa loi. Le travail devrait commencer cet été.

RSS
1345678910Dernière

Nouvelles de l'AJEFS

RSS


Centre Info-Justice

L'AJEFS sur Facebook