Jean-François Larose

Le Québec refuse d'appuyer les francophones minoritaires

La Commission scolaire francophone du Yukon devant la Cour suprême

Jean-François Larose

Jean-François Larose

Député fédéral de la circonscription de Repentigny, Québec.
J’ai appris avec stupéfaction la position du gouvernement du Québec devant la Cour suprême en ce qui concerne la gestion des écoles par les minorités francophones du reste du pays. En effet, par l’entremise de sa ministre de la justice, Stéphanie Vallée, Québec a signifié son refus d’appuyer des communautés francophones hors Québec.

L’argument de Québec est basé sur la crainte que cette décision vienne favoriser le droit à l’instruction en anglais en sol québécois et demande l’application stricte de l’article 23 de la Charte des droits et libertés. Pourtant, des gens comme Marie-France Kenny, présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne, estime que « …des mécanismes existent, dans la Charte, afin que le Québec préserve sa spécificité sans nuire aux communautés francophones en milieu minoritaire ».

En agissant de la sorte, le Québec met des bâtons dans les roues des six groupes francophones qui exercent un recours devant les tribunaux afin de se donner les outils pour favoriser l’enseignement en langue française ailleurs au pays. Drôle d’attitude à avoir pour une province qui est supposée être le château fort de la francophonie en Amérique. En tant que francophone et représentant élu, il est inadmissible pour moi d’endosser pareil comportement sans réagir. Agir de façon à diviser les communautés francophones est une grave erreur. Il nous faut nous opposer de toutes nos forces à ce comportement égoïste et rétrograde qui risque de mettre en danger la survie de certaines communautés francophones.

Appel à l’unité

Il ne faut pas se borner à une défense sélective de la francophonie en Amérique en la limitant au Québec seulement. Agir ainsi se résume à nous couper d’une partie de nous-mêmes. Nous nous devons de nous unir plutôt que de nous affronter. 

(…) Les francophones du Québec ne sont pas les seuls à avoir promu et défendu la langue de Molière en Amérique. Au Canada, l’unité et la résilience des communautés francophones leur ont permis de survivre à travers le temps malgré des attaques répétées comme ce fut le cas avec la Loi sur les écoles du Manitoba (1890) ou le Règlement 17 en Ontario (1912). À travers toutes ces luttes, un lien nous unit. C’est pour cette raison que nous devons travailler ensemble pour faire rayonner notre langue et les différentes cultures qui en ont émergé. Oui à l’unité des communautés francophones en Amérique!

Jean-François Larose
Député fédéral de la circonscription de Repentigny, Québec

Imprimer
31228 Noter cet article:
Pas de note

Actualité juridique (L'Eau vive)

Les jeunes s’emparent du Parlement Les jeunes s’emparent du Parlement

Les jeunes s’emparent du Parlement

REGINA - Le Parlement franco-canadien du Nord et de l'Ouest (PFCNO) se déroule chaque année et rassemble les jeunes francophones des provinces du Nord et de l'Ouest du Canada. Cet évènement national donne la chance aux jeunes qui ont entre 16 et 25 ans de donner leur propre avis à propos des politiques adoptées par le Parlement officiel et, bien sûr, de se faire plein d’amis.

La cause Caron-Boutet déboutée La cause Caron-Boutet déboutée

La cause Caron-Boutet déboutée

La décision de la Cour d’appel de l’Alberta fait des mécontents en Saskatchewan

 « Est-ce que la province de l’Alberta est tenue par la Constitution de publier toutes ses lois en anglais et en français? » « Non », a répondu la Cour d’appel de l’Alberta. 

RSS
Première67891011121315

Nouvelles de l'AJEFS


Centre Info-Justice

L'AJEFS sur Facebook